CD “Dorothea” dans la presse – Libération

Malgré le fossé des générations, Laïs et Gabriel Yacoub se retrouvent comme s’ils s’étaient déjà connus dans une vie musicale antérieure. Chantre du folk moyenâgeux, le fondateur de Malicorne accepte en effet, sur leur deuxième album, l’invitation de ces jeunes femmes venues du Nord.

S’employant au jeu des polyphonies, le trio propose des chants traditionnels, en français et en flamand, dont la teneur érotique s’accorde aussi bien à la traduction de leur nom de groupe qu’au sujet de leurs chansons courtoises. Une sensualité s’éveille dans le déploiement vigoureux de leur voix, qui supporte l’épure comme le mariage de timbres ancestraux et contemporains. Accordéons, vielles à roue, batterie, loops et guitares évoluent dans l’incandescence d’une world music qui va de l’Italie à la Suède sans brouiller les cartes; capable également de reprendre le Renard et la Belette sans tomber dans la vulgarité des rafistolages techno-celtes.

Ludovic Perrin

© Libération, 01 juin 2001

Advertenties

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit / Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit / Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit / Bijwerken )

Google+ photo

Je reageert onder je Google+ account. Log uit / Bijwerken )

Verbinden met %s